Décès de Giscard d’Estaing : un Président très à droite.

La Corse a largement participé à l’élection de Giscard d’Estaing en 1974 et il faudra attendre de longues années, d’un septennat difficile pour les salariés, pour que François Mitterrand, candidat de la gauche, ne l’emporte en mai 1981 à l’occasion de cette nouvelle élection présidentielle. La Corse, qui a pourtant entretenu des rapports ambigus et conflictuels avec Giscard et sa majorité lui accordera une nouvelle fois, majoritairement ses suffrages, 54,1% en Corse du Sud et 50,5% en Haute Corse. Un résultat à contre courant de la plupart des régions françaises. Les tensions, pour ne pas dire plus, sont apparues dès 1975, et les événements tragiques d’Aléria interviendront peu de temps après en 1976. Cette date restera aussi celle de la bi-départementalisation de la Corse.

La violence du FLNC nouvellement crée aura marqué toute sa mandature, comme le cycle violence/répression qui va avec et qui fera tant de mal à notre île et sa jeunesse. On ne peut oublier les événements Bastelica/Fesch en 1989 et la cour de sûreté de l’état, l’injustice quelle représente en tant que juridiction d’exception.

Enfin, on ne peut oublier aussi que durant cette période la crise du système capitaliste a frappé de plein fouet les travailleurs, les salariés insulaires, comme ceux du continent.

Décédé cette semaine le 2 décembre à l’age de 94 ans, nombreux sont les médias qui préfèrent utiliser la mémoire sélective et présenter son action à la tête du pays comme essentiellement positive, en le présentant comme “un moderniste”. La réalité est pourtant bien différente et nuancée.

Manca alternativa a choisi pour sa part, de reprendre un article de l’association MEMORIAL98, qui combat contre le racisme, l’antisémitisme et le négationnisme, et qui donne une autre vision que celle angélique, véhiculée par de nombreux médias. (voir le lien ci dessous)

“La célébration de Giscard envahit l’espace médiatique. Les hommes politiques de droite et de gauche se bousculent pour célébrer le ” modernisateur” du pays. Emmanuel Macron lui rend un hommage dithyrambique.

En réalité, ce conservateur bon teint craignait fortement une nouvelle grande vague sociale équivalente à mai 68.

Il choisit donc de céder du terrain dans le domaine tels que l’âge du vote et les droits des femmes. Dans ce domaine il faisait face à de grandes mobilisations autour du droit à l’IVG: procès de Bobigny, Manifeste de 343 femmes, actions et manifestations du Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception.

Mais plusieurs aspects sombres de son bilan sont délibérément passés sous silence…”

http://www.memorial98.org/2020/12/giscard-la-sombre-face-de-celui-qui-voulut-expulser-des-centaines-de-milliers-de-personnes.html

Print Friendly, PDF & Email
S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Têtes coupées(Ranucci),collusion avec Franco,invention de la TVA,austérité(R.Barre),chômage,amour des diamants etc…Cela
fait BEAUCOUP d'”aspects sombres”!

Pour la Corse un bilan avec deux chiffres : 7 ans 9 morts…