A la mémoire de mon père. Par Khaled Sayah

Khaled Sayah est un militant algérien résidant à Blida, un progressiste, un syndicaliste, très engagé de longue date et en particulier, au cours des années 90 dans la lutte contre l’islamisme, les années de « plomb ». Très engagé encore actuellement dans les manifestations récentes contre le pouvoir algérien, et au regard de la situation actuelle, il vient de republier un texte écrit en novembre 2017. Mancalternativa a décidé de le publier en rubrique solidarité en libre opinion.

Je me souviens …

Oui je me souviens de ses parachutistes français qui encerclaient  notre maisonnette à Blida, à la cité musulmane,

Je me souviens, moi le petit enfant, des cris de ma mère, de l’aboiement de notre chien, Black, enfermé dans un cagibi.

Je me souviens de ce para français me tenant la main dans notre courette, me caressant les cheveux tendrement, alors que les harkis s’occupaient de la sale besogne …

Je me souviens des jeeps, des sénégalais et des bombardements des avions français sur la montagne toute proche…

Je me souviens de femmes et d’hommes qui criaient de joie, des balles traçantes qui passaient sur notre maisonnette et qui me faisaient pleurer…

J’ai appris plus tard que c’était l’indépendance de l’Algérie, quand j’ai vu mon père recevoir les prisonniers dans sa modeste demeure…

Je me souviens de l’enfance douloureuse, amputé de ce père mort à 50 ans au lendemain de l’indépendance, lui le politique, le combattant, le torturé, qui n’a pu vivre son pays libre pleinement…

Je me souviens, de notre jeunesse faite d’amour et d’engagement pour notre pays…

Je me souviens de notre résistance face à la horde et l’hydre islamique terroriste, du sang, des crimes…

Je me souviens oui… 

Aujourd’hui, j’ai peur, oui j’ai peur que mes enfants, que nos enfants, ne se souviennent de ce pays autrement…

Qu’ils ne se souviennent que des traitres qui ont hypothéqué leur avenir et leur pays, détruit leurs espérances…

J’ai peur, mais j’ai un espoir : vous despotes et criminels, vous qui avez mieux fait que les paras qui  encerclaient notre maisonnette, en détruisant l’espoir, le sourire, la joie, d’un peuple meurtri qui aurait pu être heureux et émancipé…

Vous, pacifiquement on vous combattra et votre fin est proche !

Regardez l’histoire, si vous êtes capable de la comprendre et de comprendre son implacable verdict !

Que dieu vous préserve …

Khaled Sayah

Print Friendly, PDF & Email
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Un témoignage émouvant, une mémoire qui mérite d’être connue et en particuliers par les jeunes générations.