A vous tous, Insoumis… Par Pierre Mela

A vous tous, syndicalistes du monde paysan, des services publics et de l’entreprise qui, au quotidien, défendez les travailleurs, très souvent au détriment de votre carrière.

Sous les nuages des gaz lacrymogènes, les coups de matraques, les balles de flash-ball des CRS, malgré les licenciements et les années de prison qui, parfois, s’abattent sur vos épaules.

Les media aux mains du CAC 40 vous salissent en vous traitant souvent de casseurs, quelquefois de terroristes…pour avoir déchiré une chemise.

Je vous salue, camarades. Vous êtes des insoumis. Je partage tellement votre combat.

A vous tous, citoyens et militants qui tendez la main aux exilés et immigrés du monde entier fuyant leurs pays dévastés par les bombes et le pillage des pays riches.

Vous récoltez, vous aussi, des peines d’emprisonnement de la part de cette justice de classe au service des exilés fiscaux…et malgré tout, vous continuez…

Je vous salue, camarades. Vous êtes des insoumis. Je partage tellement votre combat.

A vous tous, insoumis depuis la nuit des temps, libres penseurs, les Spartacus, les Louise Michel, les Bobby Sands, les Herrou, les Jean Nicoli, les Rémi Fraisse, au peuple de la Commune de Paris, aux journalistes et poètes enlevés, torturés, disparus ; aux grévistes de la faim, aux femmes qui brisent avec courage – souvent seules – les chaînes de leur oppression.

Je vous salue, camarades. Vous êtes des insoumis. Je partage tellement votre combat.

 A vous tous, le peuple corse à travers son Histoire. Aux maquisards résistants les armes à la main, jeunes en révolte, représentants de la Terre du Commun, militants qui se battent pour instaurer en Corse «  une société débarrassée de toute forme d’exploitation », ceux qui ont récolté des années de prison, qui ont vu leur vie brisée, qui se sont battus, à leur façon, contre l’accaparement des terres par les requins de la finance, contre la désertification de l’intérieur ; à tous les autres, aussi…

Je vous salue, camarades. Vous êtes des insoumis. Je partage tellement votre combat.

C’est grâce à vous tous, combattants de la liberté et de l’égalité, et à tant d’autres aussi, que je suis debout, que je marche, que j’écris sur les murs, avec mes mots, toute la révolte qui me porte.

Sans vous, l’Humanité n’existerait pas.

A vous, tous les chômeurs, les précaires, les sans dents, les fainéants, les analphabètes chers au président des riches, les SDF, les immigrés, les têtes dures, les jeunes des quartiers et des villages, les personnes âgées totalement ignorées par cette société où le fric est roi.

Je vous salue avec respect. Vous êtes des nôtres. Je partage tellement vos espoirs, mais aussi  parfois, votre haine.

Ce terrible silence assourdissant des femmes, des hommes et des enfants qui s’agrippent à leurs embarcations, la nuit, dans notre Mare Nostrum, m’empêchent souvent de trouver le sommeil.

Cette misère humaine…

Des milliers de milliards s’accumulent dans les paradis fiscaux et les banques d’affaires, accaparés par une poignée de possédants.

Tout le monde est au courant.

Qui sont les véritables terroristes ? J’ai décidément de plus en plus de mal à trouver le sommeil.

Oui, camarades Insoumis, les utopies d’aujourd’hui seront les réalités de demain.

« Una manera di cantà la storia,

Una manera di fà ch’ogni loca

Per tè cumpanero, s’innalza una manu di fraternità »

Pierre Mela Le 5 novembre 2017    

Print Friendly, PDF & Email
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments