Ajaccio un passé, une identité … Par Jacques Casamarta

Une ville n’est pas sans passé, sans identité.

Se tourner sur sa mémoire, son patrimoine urbain, ses monuments, sa vie sociale et ses traces, c’est ouvrir même symboliquement, une porte sur une mémoire collective, sur la construction de la ville et son histoire.  Avant nous, d’autres ont vécu.

Porte principale ancienne usine Alban

A Ajaccio, en bordure du cours Napoléon,  entre les quartiers de Sainte Lucie et Saint. Jean des travaux de démolition sont engagés. Si tout un chacun s’accordera volontiers pour dire qu’il faut éviter de laisser des bâtiments insalubres et dangereux,  vides et abandonnés, il est tout aussi évident, qu’en tant que citoyen,  nous devons nous interroger sur l’histoire de ces quartiers  et aussi plus généralement sur  l’aménagement du territoire.  

Ajaccio a trop souvent et trop longtemps été défigurée par l’absence d’une véritable politique d’urbanisme, notamment durant les années 60, 70 et 80.

Une histoire récente

On se souvient qu’en 1993, l’Espace Alban, ancienne friche industrielle, jadis manufacture des tabacs, avait fait l’objet d’une mobilisation citoyenne. De très nombreuses associations culturelles (une cinquantaine) s’étaient regroupées au sein d’un collectif pour demander que cet espace soit transformé en lieu de culture. Les militants associatifs avaient même investi le bâtiment, l’instant d’une soirée en février de la même année  pour en faire un concert de revendication.

C’est à la suite de ce vaste mouvement revendicatif, qu’une  délibération  dans ce sens était votée au conseil municipal d’Ajaccio, sur proposition du groupe d’opposition de gauche.  Mais aucune suite ne fut donnée à ce projet par la direction municipale de l’époque. 

Tout au plus, et quelque temps auparavant, le ministère de la culture, sous l’impulsion du directeur de la DRAC, avait fait « inscrire » en octobre 1992 aux monuments historiques, la façade et le minaret, de style néo-mauresque, construit en 1913. C’est ce qui explique qu’ils aient pu être intégrés plus tard au projet architectural immobilier qui a vu le jour dans les années 2000, englobant la totalité de l’ancienne emprise du site Alban, mais aussi les garages Fiat et autres locaux à vocation industrielle et commerciale.

Sur le cours Napoléon, le paysage se modifie à nouveau, un hôtel vient d’y être construit. Attenant se trouvait « La Serre », du nom d’un vaste  « restaurant self-service », qui  aura dans la décennie 80 et durant une trentaine d’années donné une nouvelle vocation à ce qui fut durant un temps, une ancienne menuiserie industrielle. C’est ce bâtiment, qui a fait l’objet d’une démolition ces trois derniers mois et sur lequel, un deuxième hôtel devrait voir le jour prochainement.

Intérêt général et bien communs doivent rester la boussole

Enfin, Jouxtant, ce terrain, apparait aujourd’hui avec la démolition de « La Serre » les anciens garages Renault datant de la moitié du 20ème siècle, une  friche industrielle, de plusieurs centaines de mètres carré,  qui elle aussi et c’est bien dommage,  est vouée à la destruction.

 A proximité et sur l’arrière du bâtiment qui a été construit,  se trouve le baptistère paléochrétien de St Jean, daté approximativement du début du 6ème siècle et qui lui aussi a fait l’objet d’une mesure de protection aux monuments historiques. Reste aujourd’hui à le mettre en évidence en faire un lieu de mémoire anthropologique. Ce qui était prévu.  

Tout cet espace, face au terre-plein de la gare, se trouvait être la périphérie immédiate du centre de la ville dans la première moitié du 20ème siècle. Il avait une vocation commerciale et industrielle.

Si la modification architecturale du quartier est pour une très grande part liée à l’activité économique et aux mutations sociétales, il n’en demeure pas moins que les notions d’intérêt général et de bien communs doivent  rester au centre de la réflexion pour un aménagement futur, harmonieux, responsable et solidaire.  

Jacques Casamarta

Print Friendly, PDF & Email
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Bravo ! C’est bien écrit !
C’est la réalité…
Et je suis totalement d’accord avec toi.
Amitié
Colette