Anciens éditos

La convergence des luttes est incontournable

Plus d’un mois après le déconfinement, force est de constater que notre monde d’avant, d’aujourd’hui, d’après a été, est et sera toujours sous le joug d’un système capitaliste exploiteur, prédateur et répressif.

Les capitaux, les plus values, les dividendes, les intérêts se sont préservés du virus, s’ils ne l’ont pas anticipé. Ils s’organisent, s’adaptent, autour d’une crise planétaire, pour que chaque centime distribué retombe au centuple dans leurs escarcelles béantes. Le danger est plus grand encore de se retrouver dans un état de dépendance et de soumission dont les générations à venir auront à faire les frais, à quel prix ?

Pourtant comme avant, aujourd’hui et peut être encore demain, les revendications de ceux qui représentent, d’une manière ou d’une autre la force vive du pays sont toujours présentes. Pour la santé, les emplois, les salaires, le logement, la régularisation des sans papiers, contre les violences policières, contre les violences sexistes, contre la précarité grandissante des plus démunis, pour l’environnement, pour la culture, contre les délocalisations et les licenciements,…, revendications locales, nationales, internationales, la liste est longue, trop longue.

Toutes ces revendications sont étroitement liées et ne peuvent se résoudre indépendamment les unes des autres.

Pas de salut sans une nécessaire et indispensable convergence des luttes.

La politique reste l’affaire de tous, elle régit la vie de tous les jours.

On ne peut aujourd’hui se déclarer apolitique, le dire c’est déjà exprimer un point de vue politique.

On peut par contre décider de la faire autrement, décider de s’affranchir des chaînes d’un système débridé et néfaste.

On peut se soutenir et s’unir pour s’opposer à toutes les atteintes faites aux libertés individuelles et collectives, s’opposer à cette politique « politicienne » qui fait le show à longueur de temps sans jamais se préoccuper de l’intérêt général Humain. On peut dès à présent décider de reprendre notre vie en main et montrer que nombreux et portés par des mêmes valeurs, nous pouvons décider de notre politique.

Refusons ce monde cloisonné qui se profile.

Le système restera fort de nos tergiversations, compréhensibles très certainement pour beaucoup, à nous ressaisir. Mais n’est-il pas venu le temps de franchir le pas dans une nécessaire, indispensable et incontournable convergence des luttes.

Inseme à Manca, Mardi 30 juin 2020


De l’urgence sanitaire à l’urgence sociale

Nous y sommes. La deuxième vague tant annoncée arrive et pourrait s’avérer bien plus contagieuse. Une vague sociale, depuis hier déferle sur la France.

En effet et dans le contexte actuel, plus de 8000 personnes sont descendues samedi matin dans les rues de Maubeuge dans le Nord, pour protester contre le plan de délocalisation de Renault entraînant 4600 suppressions d’emploi.

Pendant ce temps, dans de nombreuses villes de France, des manifestations ont eu lieu, rassemblant des milliers de personnes, en soutien et pour la régularisation, à juste titre, des « sans papiers ».
L’on parle toujours malgré le désastre sanitaire vécu de suppression de lits dans les hôpitaux, 15 à Besançon, plus de 80 à Reims et d’autres ailleurs à n’en pas douter.

Masqués, peut être, mais pas bâillonnés, sûrement. Non, l’assignation à résidence n’aura pas eu raison de la capacité de mobilisation. Et heureusement car force est de constater que le bras armé du système capitaliste et libéral ne va pas se gêner pour durcir sa pression et essayer de mettre à terre toutes velléités de rébellion. La crise sanitaire a révélé toutes les failles d’un système généré pour anéantir, soumettre et sacrifier sur l’autel des profits celles et ceux qui ne font pas allégeance. A l’heure, les intérêts des lobbies pharmaceutiques se mobilisent pour produire un médicament ou un vaccin qui n’a cure du pouvoir de guérison, ou non, du moment qu’il rapporte.

Le 16 juin, des comptes seront demandés au gouvernement Macron/Philippe, avec une journée de mobilisation pour la santé annoncée avec des manifestations dans toutes les villes de France. Pendant deux mois, à vingt heures, beaucoup se sont mobilisés sur les balcons pour saluer et encourager nos soignants. Il est urgent, maintenant, de concrétiser cette solidarité par un acte encore plus fort car la santé est l’affaire de tous.

Réapproprions-nous nos droits. Aujourd’hui pour la santé, demain pour l’éducation, pour le logement, pour tous les droits fondamentaux à vivre dignement et justement dans une société ouverte, solidaire, écologiste et durable et dans une nécessaire convergence des luttes.

Inseme à Manca, Ajaccio le 31 mai 2020

COVID 19 : pendant la crise, le crime se poursuit…

Le Moyen-Orient, comme le reste du monde, n’a pas échappé à la pandémie du COVID 19.
Israël et la Palestine n’ont pas été épargnés par le virus. Ironie de l’histoire, la Palestine, et en particulier la Bande de Gaza, semble avoir mieux résisté que son occupant.

Les mesures de confinement prises par les autorités palestiniennes et surtout le comportement exemplaire de civisme et de solidarité de la population, dans un contexte déjà extrêmement difficile, ont permis d’éviter le pire.

Israël s’est gargarisé de son « aide humanitaire » à la Palestine, aide de façon toute virtuelle et de pure propagande éhontée.

Car la réalité, c’est tout le contraire. Les dirigeants israéliens, Netanyahu et Gantz, et leur sinistre armée, celle qui se proclame la plus éthique du monde-on croit rêver-, s’en donnent à cœur joie.
L’armée israélienne multiplie les assassinats, sûre de son impunité, bafouant sans vergogne les droits les plus élémentaires des êtres humains. La semaine dernière, l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri a déjoué à deux reprises une tentative d’enlèvement.

Mais il est vrai que ces êtres humains sont des Palestiniens, donc considérés par cette armée comme des « sous-hommes ». D’ailleurs les dirigeants israéliens n’avaient-ils pas déclaré en leur temps : « Les Palestiniens, ça n’existe pas » et Golda Meir avait précisé : « Les Palestiniens, c’est nous, les juifs ».
Notre ami Ziad Medouhk, le poète francophone de Gaza, essaie tant bien que mal de nous tenir informés des méfaits de la soldatesque israélienne. Et si l’on fait ce sinistre décompte, c’est accablant. Sans compter tous les crimes masqués, hors de toute règle internationale.

Les dirigeants israéliens, eux, en plus d’ordonner et de couvrir ces crimes, se préparent à mettre en œuvre une décision tout autant monstrueuse.

Le faucon Netanyahu et son double, Gantz, se sont mis d’accord pour annexer la majeure partie de ce qui reste de la Palestine.

Cet accord honteux, annoncé par Netanyahu depuis un certain temps, avec la bénédiction du troisième larron, le «  Twittériste compulsif » Trump, les deux premiers vont tenter désormais de le mettre rapidement en œuvre. Ils comptent sur une aide qui tombe pour eux à point nommé, le COVID 19.

Pendant que les gouvernements des pays de la communauté internationale sont mobilisés pour combattre ce fléau dans leurs pays respectifs, nos deux tristes duettistes prévoient de mettre rapidement à exécution leur projet criminel.

Le peuple palestinien n’est pas seul dans ce très difficile combat. A travers le monde entier, les peuples se montrent solidaires et se mobilisent. Mais cela ne suffira pas.

Dès à présent, nous avons le devoir de faire pression sur le gouvernement et le président de la France pour qu’ils annoncent fermement leur opposition à ce projet et indiquent d’ores et déjà les sanctions qu’ils prendront contre Israël si cela venait à se produire.

Inscrivez-vous sur notre site et partagez le plus largement possible l’adresse www.mancalternativa.fr à l’ensemble de vos amis.

Inseme à Manca, le 25 mai 2020


Un état d’urgence sanitaire prolongé !

Souvenons-nous ! N’ayons pas la mémoire courte !
Alors que la grave crise sanitaire était déjà dans toutes les têtes, le gouvernement Macron/Philippe avec ses médias aux ordres, usait de désinformation pour minimiser la situation. Ainsi, il était possible de maintenir les élections municipales et en même temps, porter un coup fatal en catimini à notre régime solidaire de retraite.

Le 1er mars dernier, il y a deux mois et demi, juste avant le confinement dans un communiqué, nous déclarions : « Tous les ingrédients sont réunis, pour qu’un pouvoir autoritaire se mette en place, fragilisant la démocratie.

Le premier ministre vient d’annoncer qu’il allait utiliser le 49.3 pour faire passer son projet de loi sur les retraites sans aucun vote des député.e.s. Le gouvernement a-t-il peur de sa majorité ? 
Cette décision intervient après plusieurs mois de grèves, rassemblements, manifestations et mobilisations massives. Elle intervient aussi après une bataille parlementaire où des député.e.s de la majorité ont multiplié les provocations, les insultes pour seuls arguments.

Ce passage en force a été décidé dans un conseil des ministres réuni en urgence pour discuter de la crise sanitaire actuelle en France. Le gouvernement  s’apprêterait-t-il, dans la foulée, à interdire les rassemblements pour s’opposer à ce qui ressemble à un coup d’Etat ? 
Cela démontre une nouvelle fois qu’il est capable de tous les mauvais coups pour imposer sa volonté de régression sociale ».

Aujourd’hui, la fin du confinement a été décrétée, mais nous sommes loin d’un retour à la démocratie. Un état d’urgence sanitaire a été déclaré le 23 mars 2020. Il vient d’être prolongé jusqu’au 10 juillet 2020 et personne ne peut dire aujourd’hui quand est-ce qu’il s’arrêtera.  
Cette grave crise sanitaire devrait nous amener à tirer tous les enseignements. Le modèle capitaliste, le modèle économique actuel est en très grande partie responsable de la situation cauchemardesque que nous venons de traverser.

Pour que le jour d’après ne ressemble pas à celui d’hier, il est impératif de mobiliser, débattre, pétitionner et surtout gagner des consciences sur les véritables enjeux de société.
Inseme à Manca participera à son niveau, à cette exigence de clarté dans le débat politique, avec la ferme volonté de rassembler, pour demain ouvrir une véritable perspective émancipatrice liant le social et l’environnement.

Inscrivez-vous sur notre site et partagez le plus largement possible l’adresse www.mancalternativa.fr à l’ensemble de vos amis.

Inseme à Manca, le 15 mai 2020


Liberté pour Julian Assange

La grave crise sanitaire et sociale que nous traversons et le confinement qui l’accompagne nous obligent, en tant que citoyen-ne-s, à nous positionner fermement et sans délai pour un « autre monde possible ».

Masqué-e-s mais pas bâillonné-e-s, il est fondamental aujourd’hui, de mettre nos actes en concordance avec nos pensées et nos paroles, afin de sortir, enfin, de décennies de politiques d’austérité d’un système capitaliste et productiviste qui a broyé et qui continue d’anéantir des millions de femmes et d’hommes à travers le monde.

Pour cela, il nous incombe, entre autres, de participer à la sauvegarde de nos libertés individuelles dont fait partie la liberté d’expression, fondement de toute démocratie.

Un homme en est aujourd’hui un symbole. Julian Assange*, fondateur de Wikileaks, qui paie cher, très cher, son courage d’avoir dénoncé, par la publication de documents avérés, via des lanceurs d’alerte, des scandales planétaires où corruption, violation des droits de l’homme, crimes de guerre font le jeu de politiques néo-libérales sans scrupule.

Après avoir été en liberté surveillée de 2010 à 2012 et avoir passé, confiné et en isolement total, 7 ans en tant que réfugié politique à l’ambassade d’Équateur à Londres, Julian Assange a été incarcéré à la prison de haute sécurité de Belmarsh le 11 avril 2019. Il encourt, aujourd’hui, s’il est extradé aux États-Unis, jusqu’à 175 ans de prisons pour « espionnage ».

Parce que la démocratie appelle la justice, nous restons résolument engagés pour que Julian Assange puisse retrouver, dans les plus brefs délais, sa liberté, il en va de sa vie aujourd’hui. Et parce que la démocratie appelle la liberté, nous continuerons à dénoncer toutes les oppressions à travers le monde qui enchaînent et musèlent.

Inscrivez-vous sur notre site et partagez le plus largement possible l’adresse www.mancalternativa.fr à l’ensemble de vos amis.

Inseme à Manca

• À lire « L’indomptable Julian Assange » https://www.monde-diplomatique.fr/2019/05/BRANCO/59876


Le 11 mai. Et après ?

La gestion de la crise sanitaire due au Covid-19 par le pouvoir macronien est pour le moins cahoteuse. Et il est probable que l’issue de cette crise n’en sera pas moins éloquente. Emmanuel Macron et son gouvernement – sans compter avec les media à la botte – ont multiplié les contradictions depuis le début de l’année. On se gardera d’en énumérer la totalité.

Quelques exemples. En janvier, ne disait-on pas que le coronavirus ne mettrait pas une seule de ses antennes sur le territoire national ? C’était simplement l’affaire des Chinois, amateurs de pangolins et autres bestioles sauvages. Les masques ? On rigolait en voyant défiler dans les rues les mêmes Chinois ou autres Coréens, avec leurs grotesques masques sur le nez. Ces masques ne servent à rien, à nous Européens, martelait-on. En plus ça tombait bien, puisqu’on était en rupture de stocks. Puis soudainement la contagion s’est développée en Europe, en Italie, en Espagne, en France, etc.

A ce moment-là, on continuait à rire, mais jaune. Un vent de panique s’est répandu sur le pays et a touché également le plus haut sommet de l’Etat. On commençait à prendre au sérieux la mesure et l’ampleur de l’épidémie. On constatait enfin le manque criant de lits d’hôpitaux, de matériels et la réduction inquiétante de médicaments vitaux. Mais on s’en est tenu au constat.

Jamais le pouvoir n’a pris sa part de responsabilité dans la situation du secteur public hospitalier. Pourtant cette responsabilité existe. Qui a continué à réduire les effectifs des hôpitaux, qui a fermé des dizaines de milliers de lits, qui a continué à délocaliser nos productions comme l’ont fait les prédécesseurs de Macron ?

Pour faire face à la crise sanitaire le pouvoir politique continue de tergiverser, de mentir, de manipuler, de menacer les gens et de leur faire peur. Il sort du chapeau un plan de déconfinement, applicable dès le 11 mai. Il le soumet au Parlement sans débat, ni concertation. Bel exemple de démocratie.

Suprême hypocrisie, il fait applaudir, par l’intermédiaire de ses media favoris, le personnel soignant des hôpitaux, à 20 heures, tous les soirs. Pourtant naguère, ce même pouvoir insultait ces travailleurs, les traitait de fainéants, les considérait en surnombre et autre joyeuseté envoyait la maréchaussée pour réprimer par la violence les manifestations des hospitaliers. N’ayons pas la mémoire courte.
L’après 11 mai ? Une mobilisation sans précédent pour un véritable changement dans tous les domaines est nécessaire. Le confinement des esprits et la peur ne sauraient résoudre nos problèmes.

Inscrivez-vous sur notre site et partagez le plus largement possible l’adresse www.mancalternativa.fr à l’ensemble de vos amis.

D’avance merci. Inseme à Manca


23 avril 2020 – Le site Mancalternativa fait peau neuve

Le blog mancalternativa, installé en Corse, a déjà onze ans d’existence et des milliers de contributions écrites, audio ou vidéo à son actif. Il continue son bonhomme de chemin. Inscrit résolument dans une pensée de gauche, une gauche anti capitaliste, le site s’efforce d’informer, en tenant compte de l’actualité, et de la suivre quotidiennement.

En quelques années, nous avons connu un développement remarquable qui a dépassé largement nos espérances. Des centaines de milliers de visiteurs l’ont consulté et, élément intéressant, nous avons pu fidéliser près de 80% d’entre eux. Nous avons conscience que nous sommes loin d’avoir atteint la perfection. Aussi nous comptons sur les internautes pour nous aider à en améliorer encore, et la forme et le contenu.

Nous avons donc décidé de transformer notre blog. De créer un véritable site en le rendant plus moderne, plus agréable et plus lisible. Il s’appelle désormais et se consulte sur : www.mancalternativa.fr

Nous tenons à souligner que notre site s’engage à continuer, à renforcer et à faire vivre le pluralisme politique dans la gauche sociale, écologique et internationaliste. C’est pourquoi nous laisserons une large place à la parole citoyenne par des entretiens, des tribunes libres, des reportages…

L’urgence d’un futur progressiste et d’une véritable alternative au capitalisme appelle chacun et chacune à s’engager dans le rassemblement et la solidarité pour construire les nécessaires convergences.

Inscrivez-vous sur notre site et partagez le plus largement possible l’adresse www.mancalternativa.fr à l’ensemble de vos amis.

D’avance merci. Inseme à Manca