Crise de la Covid : Quand la précarité se fait plus dure il est temps de réagir ! par Thomas Santoni, Dylan Champeau et Jean-Christophe Maestrati

La crise sanitaire, liée à la Covid-19, que nous vivons depuis des mois a lourdement accentué les inégalités qui préexistaient et fait sombrer davantage d’humains dans la pauvreté : chômage partiel, licenciement, baisse de l’activité, confinement…

La poignée de très riches ont, en revanche, une nouvelle fois tiré profit de cette situation. Forbes magazine révèle que Bernard Arnault, deuxième fortune mondiale, a vu pendant la crise, la valeur de ses actions augmenter de 107%, ce qui représente 95 milliards de dollars. Un chiffre incommensurable pour la grande majorité. Aussi, le nombre de milliardaires n’a pas cessé d’augmenter depuis 2019 et malgré la situation sanitaire, de 2095 milliardaires français en 2019 ils sont désormais 2755, soit 660 de plus.

Comment croire qu’il existe une crise économique en ayant connaissance de ces chiffres ? Il faut croire que la crise ne touche que les petites gens, les salariés et les petites entreprises. 

C’est une nouvelle fois la démonstration que la théorie du ruissellement est une absurdité. La création grandissante de richesse ne devait-elle pas gentiment ruisseler vers les plus démunis et notamment la jeunesse ? 

C’est une politique de justice sociale qu’il faut, pas une fausse théorie du ruissellement qui ne profite qu’à une minorité. 

Pendant ce temps, en France, 20% des moins de 25 ans ne trouvent pas de travail et parmi les emplois jeunes, environs 35% sont précaires (CDD, intérim, etc.) et la Corse n’est pas épargnée car elle reste (hors DROM-COM) la région la plus pauvre de France avec près de 20% de personnes vivant sous le seuil de pauvreté ce qui correspondant à environs 62 000 personnes. Ces visages, nous les croisons, nous les côtoyons au quotidien, parfois même nous vivons cette précarité avec toutes les difficultés que cela implique : difficultés à l’accès aux besoins primaires, aux soins, à l’éducation et l’exclusion sociale que cela engendre. 

Cela fait des années que la jeunesse est absorbée par les idées nationalistes, avec cette idée que tous les problèmes viendraient de la relation qu’entretiendrait la Corse avec la France comme si se libérer de la France règlerait tous les problèmes. Mais si la question de notre culture et de notre identité sont nécessairement importantes , il y a des urgences prépondérantes qui, aujourd’hui, préoccupent la jeunesse corse. Les jeunes n’ont aucune raison d’être sereins quant à leur avenir. De plus en plus la question de l’emploi se fait délicate car il devient toujours plus difficile de trouver du travail sur l’île, quand celui-ci ne se trouve pas aux mains d’un consortium d’entreprises qui font la pluie et le beau temps de l’emploi, à ses conditions exclusives. Les conditions de travail n’ont eu de cesse de se dégrader et il n’est pas rare de voir des jeunes, comme moins jeunes, accepter du travail difficile et mal rémunéré pour survivre. 

Il est temps pour la jeunesse corse de se rendre à l’évidence des réalités qui sont les nôtres, l’épouvantail d’un problème exclusivement français ne peut plus tenir, le véritable problème vient du fonctionnement même de la société capitaliste :  il faut le combattre car il en va de nos vies.

L’économie corse exclusivement tournée vers le tourisme en est devenue dépendante, ce qui rend l’économie instable et ne crée que de l’emploi précaire (contrats saisonniers, CDD…). Ce n’est qu’en s’opposant à ce système reposant sur l’exploitation de certains sur la jeunesse que nous pourrons sortir de ce cycle perpétuel de précarité.

Il n’est plus possible, désormais, de se murer dans le silence. Il nous faut se défaire de l’oppression généralisée de la société capitaliste. Nous vous invitons donc tous à nous rejoindre et à nous mobiliser pour notre avenir.

« Là où il y a une volonté il y a chemin » – Vladimir Lénine.

Thomas Santoni, Dylan Champeau et Jean-Christophe Maestrati

Print Friendly, PDF & Email
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments
  • Voici un texte porteur d’espoir! Bravo les jeunes!