inseme a manca facebook

Dossier Territoriales 2021… Dossier Territoriales 2021…

Le vendredi 19 mars, lors d’une conférence de presse, le mouvement INSEME A MANCA exposait sa stratégie pour les élections territoriales. Il a, à cette occasion réaffirmé sa position et avancé l’idée d’un rassemblement de toutes les vraies forces de gauche, des mouvements syndicaux et associatifs afin de promouvoir une véritable alternative aux politiques menées par les majorités successives qui ont dirigé la Collectivité de Corse. Des majorités qui ont privilégié le clientélisme et ignoré la question sociale, si importante pour les habitants de notre île. (voir article sur le site)

Pour la clarté des débats.

Les contacts pris avec les forces politiques (le Parti Communiste, A Manca, la FI, EELV et Génération.s), susceptibles de partager notre analyse de la situation et de travailler à une alternative n’ont malheureusement pas abouti à la constitution d’une liste commune. Nos objectifs immédiats n’ont donc pas pu être atteints. Nous avons été les seuls à vouloir rassembler sans exclusive sur une même liste clairement identifiée anti libérale, ces forces potentielles. 

Il n’en demeure pas moins qu’une absence de liste et en conséquence une absence de représentation de la gauche à l’assemblée de Corse, si elles sont regrettables, ne constituent en aucun cas un champ libre aux adeptes du laisser-faire économique.

Les échanges que nous avons eus, ont permis de constater notre accord global sur le constat d’un « développement » fondé sur une monoactivité touristique, qui en Corse, a la particularité d’avoir une faible valeur ajoutée en raison de la quasi absence de productions locales.

Les effets induits de ce « modèle » sont la spéculation foncière et immobilière, la concentration du secteur de la distribution et des transports, dans un consortium insulaire et leurs conséquences sur la situation sociale, économique et écologique. L’ensemble est constitutif de l’économie de rente, génératrice d’inégalités et terreau favorable à la grande délinquance et à la corruption. 

Il est évident que les forces libérales, dominantes pour l’heure, qu’elles soient ou pas sous étiquette nationaliste, n’ont pas l’intention de contrarier cette tendance lourde de l’économie. En témoignent, les projets de travaux sur les ports et aéroports toujours orientés sur l’augmentation des capacités d’accueil, alors même que la majeure partie des pays, régions ou villes dépendants du tourisme s’interrogent désormais sur son impact négatif (tourisme dit de masse), la nécessaire régulation des flux, la protection des sites et la diversification des activités.

La gauche doit tirer les leçons de son histoire, de ses échecs.

La question centrale est bien, au-delà de l’échéance électorale qui vient, celle de l’alternative à cette politique. La reconstruction d’un pôle de gauche est une nécessité pour notre île, face à la concentration des richesses aux mains d’une petite minorité et à la forte croissance de la précarité. Le défi à relever est de proposer à brève échéance un projet pour la Corse, réaliste, porteur d’espoir et capable de fédérer largement. Un projet anti libéral. La gauche doit tirer les leçons de son histoire, de ses échecs successifs et s’ancrer enfin au réel.

Conférence de presse mars 2021

Pour la clarté des débats et après plusieurs rencontres avec EELV, Génération.s, le Parti Communiste, et  A Manca,  il nous est apparu nécessaire de publier les réponses politiques  que nous avons apportées à ces différents mouvements.

Lettre aux mouvements EELV  et Génération.s 

Samedi 10 avril, le conseil d’administration d’Inseme á Manca /Ensemble ! s’est réuni en Visio conférence pour faire le point sur nos différentes rencontres qui ont amené à échanger  les points de vue  de nos mouvements respectifs pour les prochaines échéances territoriales. Une nouvelle réunion de notre mouvement a été organisée le lundi 12 avril. 

Dans cette période de crise sanitaire  nous nous sommes retrouvés  à échanger avec vous à trois reprises en visio-conférence.

Si nous avons constaté des convergences de vues sur certaines questions, notamment environnementales, vous l’aurez remarqué aussi lors de nos échanges, nous ne situons pas notre combat dans une adaptation aux thèses libérales. Le combat est certes difficile, mais il est très important que la gauche, celle dans laquelle nous nous inscrivons tienne aux électeurs, le discours de la loyauté, de la franchise à l’égard d’un système que nous considérons néfaste. (Nous réfutons donc, le terme de capitalisme vert, employé par Yannick Jadot). 

Nous sommes  résolument dans la gauche anticapitaliste, une gauche qui se revendique de l’intérêt général et qui ne transigera pas sur cette question politique. Ce n’est pas, parce que dans une certaine “gauche”, à l’image du dernier gouvernement Hollande on a abandonné le combat idéologique contre le système libéral, que nous devons le faire pareillement.

La Corse est malade comme les autres régions de France et d’Europe de ce système politique prédateur. 

Nous avons aussi relevé le décalage  qui existe entre nos mouvements sur la stratégie à mettre en œuvre pour ces prochaines élections, théoriquement prévues au mois de juin prochain. 

Il est clair  et cela est très important, que nous n’avons pas la même approche sur des éventuelles alliances au 2ème ou au 3ème tour de ce scrutin notamment avec l’exécutif actuel.

Le conseil d’administration du mouvement  par un vote unanime (21 voix ) a considéré que les conditions politiques ne sont pas réunies actuellement pour un rapprochement en vue du premier tour de cette élection territoriale. 

Enfin sachez qu’au-delà des élections territoriales qui approchent, nous sommes, et resterons  toujours ouverts au dialogue. 

Lettre au Parti Communiste

En vue des élections territoriales de 2021, les délégations du PCF et de « Inseme à Manca-Ensemble à Gauche » se sont rencontrées à trois reprises au siège du PCF à Ajaccio.

Si de nombreuses convergences sur les aspects sociaux et économiques sont actées, il apparaît des divergences quant à la stratégie à mettre en œuvre à l’occasion de ces élections.

Ces divergences et l’expérience des élections territoriales  vécue en 2017 ont suscité un très large débat au sein du conseil d’administration  de « Inseme à Manca – Ensemble à Gauche » qui s’est tenu le 10 avril 2021 comme nous vous l’avions indiqué.

A l’issue de ce débat, un vote a été émis afin de connaître la position des membres du conseil d’administration et de se prononcer POUR ou CONTRE  une liste commune PCF/ « Inseme à Manca – Ensemble à gauche » à l’élection territoriale de 2021.

A l’unanimité des membres, il a été voté la décision suivante :

Le conseil d’administration de « Inseme à Manca – Ensemble à Gauche » se prononce contre la constitution d’une liste commune avec le PCF pour les élections territoriales de 2021.

Comme nous en avions convenu, nous vous adressons notre réponse dès aujourd’hui afin que vous puissiez poursuivre la constitution de votre liste et la déposer le 10 mai 2021.

Lettre au mouvement A Manca

Inseme à Manca s’est très tôt mobilisée en vue d’une participation aux élections territoriales. Elle a pour cela pris contact avec des forces politiques qui, a priori, étaient susceptibles de constituer avec elle un pôle anticapitaliste appelé à se maintenir au-delà de cette échéance électorale.

Les contacts avec trois d’entre elles, n’ont pu aboutir et les chances de constituer une force audible et dynamique, à même de disposer d’une représentation dans la future assemblée se sont évaporées. Inseme à Manca a malgré tout souhaité poursuivre les échanges avec votre organisation.

Elle aurait pu s’engager avec vous dans les élections territoriales sur la seule base du rejet du système capitaliste qui nous gouverne, pour l’emploi, la santé, le logement, l’environnement, les luttes contre la précarité, les violences familiales, le sexisme …le rejet du clan et du consortium qui ne cesse d’assurer son emprise sur différents secteurs, et non des moindres, de l’économie de l’île.

Seulement les identités profondes de nos deux organisations font que quelques mois d’échanges et de rencontres ne suffisent pas à construire des bases solides et à agir ensemble dans la clarté.

Des divergences existent, qu’il sera impossible d’occulter au cours d’une campagne électorale aussi courte soit-elle, notamment sur des thèmes intimement liés à la perception de la Corse au sein de la République française.

Même si des avancées, de part et d’autre, ont eu lieu, permettant de lever certaines incompréhensions, des désaccords sont encore à l’origine de trop de passions et laissent craindre des débordements qui seraient forcément destructeurs dans une élection qui s’avère d’ores et déjà tronquée.

Il a paru raisonnable à la majeure partie d’entre nous, à moins de deux mois du premier tour, de ne pas participer à cette élection qui aurait dû être repoussée à septembre ou octobre, d’autant plus que le contexte sanitaire difficile sous-tend une campagne à fortiori limitée, une abstention importante prévisible et des moyens évidemment plus contraignants pour les formations hors système.

Nous pensons que nous ne pouvons pas céder à la précipitation et qu’il nous faut poursuivre nos échanges. C’est la raison pour laquelle, dans le dernier texte transmis, nous vous avions proposé deux pistes possibles.

L’avenir de la Corse nous préoccupe et nous pouvons certainement ensemble approfondir et participer à son développement. Inseme à Manca, doit pour sa part, s’affirmer dans cette volonté et se tient à votre disposition pour envisager les modalités d’une future coopération. Celle-ci pourra se faire sur la base des points de convergence désormais établis. 

Voici donc, exposés ci-dessus, les résultats de nos échanges avec les différentes organisations rencontrées. Une précision à noter : les deux rencontres avec les deux représentants de La France Insoumise n’ont pas fait apparaître de divergences de fond. Cependant le passé récent et l’attitude de Jean-Luc Mélenchon nous invitent à une certaine réserve.

Le risque est grand qu’aucune formation de réclamant clairement antilibérale et anticapitaliste ne siège dans la prochaine assemblée de Corse.C’est un constat que nous faisons à regret. Pour autant cela ne veut pas dire que la gauche antilibérale baisse les bras. Au contraire, elle restera toujours présente sur le terrain, dans les luttes sociales qui ne manqueront pas de se développer en raison de la situation politique. Et « Inseme à Manca » y prendra résolument toute sa part.

AJACCIO LE 28 AVRIL 2021

Print Friendly, PDF & Email
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires