Édito choc pour traitement de choc

En cette nouvelle année, Inseme a Manca, Ensemble à Gauche, vous présente ses vœux d’un monde libre et digne. Il ne dépend que de nous.

L’année 2020 s’est éteinte sans tambour ni trompette.
2020, une année comme nulle autre, une année ou sous couvert d’un virus nous entrions « en guerre ». Un mot, sous la seule responsabilité de celui qui le prononçait, qui a tétanisé et insinué la peur dans les esprits avec son lot de comportements irrationnels. Un enchevêtrement de décisions contradictoires prises par de « hautes autorités » qui ont semé trouble et confusion. Une stratégie, un choc qui ont vu nos libertés individuelles et collectives entravées, nos rapports sociaux limités, nos droits soumis aux diktats financiers et médiatiques. Peut-être avons nous plus parler d’argent dans cette crise sanitaire que de soins et de santé !

Dans les tous débuts, certains se sont plu à voir l’occasion de mettre à profit, le temps d’un confinement, leurs aspirations à un monde meilleur, nouveau, plus sain et durable, débarrassé des affres de la surconsommation. Mais la toile de fond de ce nouveau monde ne s’est pas tissé, les machines ont été brutalement et autoritairement arrêtées et le métier s’est bloqué. Aujourd’hui, on en vient à rêver le monde d’avant tant le futur qui se profile se teinte de nuances obscures, un monde numérisé ou les rapports humains passent par des applications digitales, de plus en plus nombreuses. Le danger est bien là, dans cette volonté de casser le lien social, les échanges, les revendications, les rapports humains…La santé, l’éducation, l’emploi, la culture,…, tout est sacrifié.

Est-il dit que nous laisserons faire ?

La pauvreté progresse et s’installe de plus en plus durablement, les jours à venir vont hélas le prouver. Notre réponse doit être déterminée et sans compromission. Nous ne pouvons nous y résoudre. Il est aujourd’hui essentiel de se mobiliser et de s’engager pour que nos droits et nos libertés soient respectés et pour l’abrogation de la loi relative à la « sécurité globale ». La convergence des luttes doit s’organiser pour anéantir ce système libéral, néo capitaliste, qui depuis des décennies détruit, déshumanise et tend à asservir la grande majorité de la population. Il en dépend de la responsabilité de chacune et chacun. Masqués mais pas bâillonnés, hors nos murs, Prouvons le ! « Soyons réalistes, exigeons l’impossible ».

Inseme a Manca, Janvier 2021