Hommage à Shireen Abu Akleh, Par Jean et Juliette Alesandri.

Le jeudi 12 mai, un rassemblement pour les libertés était organisé par Per a Pace place Abbatucci à Ajaccio. Il s’agissait une nouvelle fois de protester contre l’incarcération de Julian Assange en Angleterre. L’occasion aussi de dénoncer les crimes qui se perpétuent en Palestine occupée. Jean et Juliette Alesandri ont pris la parole pour honorer la mémoire de la jeune journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh, assassinée par l’armée d’occupation israélienne.

Jean et Juliette Alesandri

En Palestine, le crime quotidien se poursuit dans un silence complice consternant. Très récemment deux jeunes palestiniens ont été assassinés par l’armée israélienne qui pratique un véritable « tir à la cible ».

Le premier à Naplouse, le 25 mai, d’une balle dans la tête. Agé de 16 ans, élève brillant, il devait passer son bac prochainement. Le second, âgé de 15 ans a été tué à Bethléem, le 27 mai, de 3 balles dans le dos.

Il y a peu, nous avons pu observer, quasiment en direct, l’éxécution de la journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh, correspondante de la chaîne Al-Jazira pour les événements en Palestine occupée.

Ce crime a eu lieu à Jénine où la résistance palestinienne ne faiblit pas.

Ses obsèques ont donné lieu à une infâme provocation de la police israélienne. La réaction internationale s’est enfin, manifestée, certes, mais trop faiblement.

Les dirigeants israéliens se trouvent ainsi impunément confortés dans leur politique criminelle d’occupation illégale de la Palestine ( assassinats, déplacements forcés de populations, destructions de villages, etc…).

Le poète palestinien francophone vivant à Gaza, Ziad Medoukh, a dédié un long poème à sa compatriote journaliste. Nous le publions ci-après.

Ziad Medoukh, qui ne peut sortir de Gaza, nous informe chaque jour de la situation dramatique de Gaza.

Grâce à lui et à tant d’autres témoins, personne ne pourra dire qu’il ne savait pas.

Adieu Shireen 

Nous publions ci dessous, un poème de Ziad Medoukh de Gaza en hommage à Shireen Abou Akleh, journaliste palestinienne assassinée le mercredi 11 mai 2022 par des soldats israéliens en Cisjordanie occupée. 

Ils ont tué la liberté d’expression 

Ils se moquent de votre gilet de presse 

Shireen Abou Akleh, journaliste palestinienne assassinée le mercredi 11 mai 2022 par des soldats israéliens en Cisjordanie occupée. 

Ils ont visé votre travail de journaliste 

Par une balle dans votre tête 

Alors que vous faisiez votre métier  

Vous couvriez la répression de l’armée d’occupation 

Vous l’icône du défi palestinien 

Vous la témoin de la tragédie de tout un peuple 

Un crime abject pour faire taire la voix de la vérité. 

Votre assassinat et voulu et prémédité 

Les soldats les plus morales ont exécuté une âme noble  

La voix de la princesse de la vérité s’est éteinte  

Ils veulent cacher leurs massacres répétés et impunis 

Dans cette terre historique et millénaire , 

Terre d’amour et de paix. 

Le lieu de votre rêve universel 

Vous la plus célèbre reporter palestinienne 

Vous l’incommensurable courage devant leurs menaces. 

Vous le professionnalisme par excellence  

Vous la journaliste de l’espoir et la joie. 

Assassinée par les ennemis de la liberté et de la vie 

Pour que n’émerge pas la vérité, leur visage de criminels 

Vous êtes partie avant de montrer les scènes de la victoire  

Vous êtes morte avant de voir votre Palestine libre,  

Et de retrouver votre Jérusalem souveraine.   

Vous qui refusiez de se taire et de se résigner  

Devant le déchainement de votre peuple opprimé 

Et devant le silence complice. 

Une disparition douloureuse pour la Palestine 

Et pour les solidaires de cette cause juste 

Une grande perte pour un monde en quête de justice  

Qui porte avec vous le fardeau de l’espoir. 

Mais vous Shireen, vous étiez toujours  

Dans votre mort, comme dans votre vie  

Une préoccupation pour nous et pour les humanistes 

Vous étiez toujours la scène et le souvenir,  

Vous, le voyage de courage et d’esprit.  

Vous, les espérances de toutes les générations. 

Vous serez toujours présente débout, vivante dans nos cœurs, 

Et nos mémoires.  

Comme les palmiers au sommet de la colline  

Vous attendez l’arrivée de l’aube  

Après ces longues années d’obscurité, et d’atrocité. 

Vous qui rêvez de retrouver vos champs d’oliviers 

Vous vouliez informer et montrer la réalité 

Vous qui refusez de se taire et de se résigner  

Devant le déchainement de votre peuple terrorisé  

Depuis des années et des décennies.  

Vous étiez un combat indéfectible pour la justice  

Un cri légitime contre le silence  

Une lutte permanente pour le droit  

Avec des reportages qui allègent nos souffrances  

Un remède aux blessures de l’oppression.  

Reposez en paix Shireen   

Les journalistes engagés ne meurent pas !  

Les valeureux dignes seront toujours vivants !  

Et la Palestine sera libre un jour  

Votre Palestine, votre mère des préludes et des épilogues  

La maîtresse de la terre  

La Palestine de Shireen,  notre Palestine 

Et la Palestine et de tous les solidaires et les humanistes. 

Print Friendly, PDF & Email
S’abonner
Notification pour
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
  • Ma pensée va ce matin à Frédéric Leclerc-Imhoff, assassiné , comme Shireen, pour avoir montré la réalité; quand la liberté d’expression est agressée, chacun de nous est menacé
  • Encore moi, pour ceux qui voudraient en savoir plus sur la colonisation en Palestine l’ excellent et très pédagogique documentaire du réalisateur Israélien, Avi Mograbi:” les 54 1eres années”.

Merci au poète Ziad Medoukh de dénoncer par l’écriture l’ignoble atrocité en Palestine occupée. Une palestinienne de 31 ans assassinée en Cisjordanie occupée ce mercredi 1er juin 2022  Une journaliste et prisonnière libérée    L’armée israélienne a assassiné une journaliste palestinienne de 31 ans en Cisjordanie occupée ce matin.  Elle a été libérée en mars dernier après trois mois passés dans les prisons israéliennes.  Ghoufran Wassarna a été assassinée à Hébron au sud de la Cisjordanie occupée par des soldats israéliens ce mercredi 1er juin 2022.  Il a eu deux balles dans sa poitrine, tirées par des soldats criminels  Il a été… Lire la suite »