La convergence des luttes est incontournable

Plus d’un mois après le déconfinement, force est de constater que notre monde d’avant, d’aujourd’hui, d’après a été, est et sera toujours sous le joug d’un système capitaliste exploiteur, prédateur et répressif.

Les capitaux, les plus values, les dividendes, les intérêts se sont préservés du virus, s’ils ne l’ont pas anticipé. Ils s’organisent, s’adaptent, autour d’une crise planétaire, pour  que chaque centime distribué retombe au centuple dans leurs escarcelles béantes. Le danger est plus grand encore de se retrouver dans un état de dépendance et de soumission dont les générations à venir auront à faire les frais, à quel prix ?

Pourtant comme avant, aujourd’hui et peut être encore demain, les revendications de ceux qui représentent, d’une manière ou d’une autre la force vive du pays sont toujours présentes. Pour la santé, les emplois, les salaires, le logement, la régularisation des sans papiers, contre les violences policières, contre les violences sexistes, contre la précarité grandissante des plus démunis, pour l’environnement, pour la culture, contre les délocalisations et les licenciements,…, revendications locales, nationales, internationales, la liste est longue, trop longue.

Toutes ces revendications sont étroitement liées et ne peuvent se résoudre indépendamment les unes des autres. 

Pas de salut sans une nécessaire et indispensable convergence des luttes.

La politique reste l’affaire de tous, elle régit la vie de tous les jours.

On ne peut aujourd’hui se déclarer apolitique, le dire c’est déjà exprimer un point de vue politique.

On peut par contre décider de la faire autrement, décider de s’affranchir des chaînes d’un système débridé et néfaste.

On peut se soutenir et s’unir pour s’opposer à toutes les atteintes faites aux libertés individuelles et collectives, s’opposer à cette politique « politicienne » qui fait le show à longueur de temps sans jamais se préoccuper de l’intérêt général Humain. On peut dès à présent décider de reprendre notre vie en main et montrer que nombreux et portés par des mêmes valeurs, nous pouvons décider de notre politique.

Refusons ce monde cloisonné qui se profile.

Le système restera fort de nos tergiversations, compréhensibles très certainement pour beaucoup, à nous ressaisir. Mais n’est-il pas venu le temps de franchir le pas dans une nécessaire, indispensable et incontournable convergence des luttes.

Inseme à Manca, Mardi 30 juin 2020