La justice Britannique refuse l’extradition de Julian Assange vers les États Unis.

Per à Pace  communique : 

Un premier pas, la mobilisation a payé, Julian Assange ne sera pas extradé vers les Etats-Unis. Vanessa Baraitser, la juge Britannique en charge du dossier, a opposé aux exigences des Etats-Unis le risque fort de suicide du fondateur de Wikileaks. En effet, son état de santé déjà dégradé, une extradition l’aurait poussée à mettre fin à ses jours.

Mais la partie n’est pas gagnée pour autant. Ce mercredi 6 janvier, les juges ont refusé la demande de libération sous caution formulée par ses avocats et motivée par les risques pour Julian Assange de contracter le Covid-19 dans la prison située au Sud de Londres où il est incarcéré depuis avril 2019.

S’il faut se réjouir de la décision britannique de ne pas envoyer aux Etats-Unis le lanceur d’alerte, il faut s’inquiéter du fait que le tribunal n’a pas contesté le bien-fondé de la demande américaine d’extradition. En effet, Julian Assange est poursuivi au titre de l’Espionage Act, un texte qui a été utilisé à plusieurs reprises contre des lanceurs d’alerte ces dernières années et considéré comme préjudiciable à la liberté de la presse.

Le 7 décembre dernier, des militants de Per a Pace, mais aussi d’Inseme a Manca et communistes se rassemblaient devant la préfecture de région pour soutenir Jullian ASSANGE

Rebecca Vincent, directrice des campagnes internationales de Reporters sans frontières précise : « Nous sommes extrêmement déçus que la cour n’ait pas saisi cette occasion de défendre la liberté de la presse »« Nous contestons la lecture de la juge selon laquelle ce procès n’est pas un procès politique (…). Cette décision laisse la porte ouverte à de futures plaintes similaires et provoquera des autocensures pour les journalistes qui couvrent les questions de sécurité nationale. »

La décision britannique « est une victoire pour Julian Assange, mais ce n’est pas une victoire pour le journalisme », a ainsi estimé Kristinn Hrafnsson , de WikiLeaks.

L’association Per a Pace continuera de dénoncer ces dérives autoritaires et dangereuses pour la démocratie, qui font d’un journaliste un criminel. Jullian Assange, le droit d’expression et le droit de savoir ont besoin plus que jamais de notre mobilisation sans faille. 

La France doit impérativement proposer l’asile politique à Julian Assange. 

Ajaccio le 6 janvier 2021 

Print Friendly, PDF & Email
S’abonner
Notifier de
3 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Pour mémoire, voici le courrier de PER A PACE – POUR LA PAIX Et INSEME A MANCA adressé a M. le Président de la République française et M. le Ministre de la Justice et Garde des Sceaux par l’intermédiaire de la préfecture de région lors du rassemblement du 7 septembre 2020.  SOUTIEN À JULIAN ASSANGE DROIT DE SAVOIR ET LIBERTÉ D’EXPRESSION  “Le 7 septembre 2020 le procès en extradition vers les États Unis de Julian Assange reprend. Julian Assange, fondateur de Wikileaks, est aujourd’hui en détention dans la prison de haute sécurité de Belmarsh en Angleterre, dans un état… Lire la suite »

Voici la lettre ouverte adressée aux médias et journalistes en Corse en septembre 2020 par l’association Per a Pace pour sensibiliser à la situation dramatique dans laquelle se trouve le journaliste Julian Assange.   SOUTIEN À JULIAN ASSANGEDROIT DE SAVOIR ET LIBERTÉ D’EXPRESSION Julian Assange, fondateur de Wikileaks, est aujourd’hui en détention dans la prison de haute sécurité de Belmarsh en Angleterre, dans un état physique et moral jugé plus que préoccupant, privé de tous ses droits humains, civils et politiques. Il encourt une peine de 175 années d’emprisonnement. Pourquoi ? Pour avoir dénoncé des crimes de guerre et des violations des droits de… Lire la suite »

Oui, la France s’honorerait d’accorder l’asile politique à Julian Assange, dans la lignée de son passé de grande nation républicaine et des droits de l’Homme et du Citoyen. Mais cette France là existe-t-elle encore ? Quelqu’un a-t-il des éléments de réponse ?