Le choix de la rupture. Par Robert Armata

Nous avons constitué une liste de rassemblement composée d’insoumis, de communistes, de personnes du monde associatif, culturel, syndical. Cette liste est soutenue par la Corse Insoumise, par le PCF, par Manca-alternativa (gauche-alternative) et par le mouvement ENSEMBLE. La Corse est la région la plus pauvre de France. Je ne rentre pas dans le détail. Actuellement la région est dans les mains des Nationalistes, la droite et les macronistes sont à l’affût. A l’assemblée Nationale il y a trois élus nationalistes, tous se sont abstenus sur les ordonnances et un militant du Parti Démocrate-chrétien (Boutin) est attaché parlementaire d’un des trois députés… Voilà une brève esquisse du tableau. Que fallait-il faire pour les futures élections territoriales ? Ne pas y aller et donner une consigne de vote ? En d’autres termes, déserter et appeler à voter pour qui ? les nationalistes ? la droite ? Les macronistes ?

La rupture avec le libéralisme est la raison d’être de notre rassemblement. Rassembler ceux qui s’engagent et luttent contre l’austérité et ses causes, pour une vie meilleure, rassembler avec ceux qui veulent faire de la solidarité un antidote au poison ultralibéral. C’est cette voie qu’ont choisi les insoumis, à une très large majorité.

Je ne veux pas entrer dans une polémique. L’enjeu des territoriales en Corse est trop important. Au regard de l’actualité, le processus de balkanisation des territoires se poursuit. De ce fait, la FI aurait dû « débouler » en Corse pour nous soutenir. Mais à l’évidence, M. Mélenchon veut régler ses comptes avec le PCF en faisant « fi » (sans jeu de mots) de la réalité du terrain.

Bien avant les élections présidentielles, nous avons fait preuve de loyauté, nous avons mené campagne avec nos moyens (comme ailleurs), nous avons fait tout notre possible,  nous espérions  la venue de JLM en Corse, car il dit avoir la Méditerranée au cœur et la Corse se trouve en Méditerranée, il n’est jamais venu !!! Pour quelle raison ?

Pourquoi nous faire confiance pour les élections présidentielles et législatives, et non pas pour les territoriales ?

Quant à la conférence de presse,  à l’évidence M. Bompard est soucieux d’un positionnement politicien et électoraliste. Le couperet est tombé, il l’était déjà avec le tweet de JLM.

Pour ceux qui se sont engagés dans les différentes campagnes, si la blessure fût profonde, le combat pour le rassemblement anti-austérité continue car, ici comme ailleurs, il y a urgence.

Robert Armata

Print Friendly, PDF & Email
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments