L’école en France ou le tri social organisé ! Par Catherine Laurenti*

Selon le classement PISA le niveau des 10% d’élèves issus des familles les plus riches ont environ 3 ans d’avance sur les 10% issus des familles les plus pauvres. Parmi les élèves les plus performants 20% sont issus des classes les plus aisées contre seulement 2% pour les plus pauvres. L’école ne joue plus son rôle d’ascenseur social au contraire elle amplifie le tri social !

Catherine Laurenti

Cela est également le cas de parcoursup, la plateforme d’accès aux études supérieures, qui nécessite une expertise que n’ont que les familles au fait de cette « usine à gaz », et exclue donc de fait les familles les plus défavorisées, cette procédure est vécue comme longue, stressante et opaque. 80% des formations de l’enseignement supérieur demandent des mathématiques et les élèves doivent se projeter dans leur projet dès la première en choisissant leurs enseignements de spécialités.

Malgré les affirmations gouvernementales en 2021 près de 7800 jeunes n’avaient aucune affectation, sans compter ceux qui ont accepté une affectation qu’ils n’avaient pas demandée pour ne pas être à la rue.

Parlons des personnels

Le concours qui était au niveau licence (bac +3 ) il y a 20 ans est passé à bac + 4 puis à bac +5 depuis cette année, parallèlement le nombre de candidats aux concours ne cesse de baisser et de plus en plus de postes ne sont pas pourvus, particulièrement en maths et allemand, cette année par exemple il n’y a que 816 admissibles au capes de maths pour 1035 postes !!! Avec la volte face de Blanquer qui vient de réaliser que la suppression des maths entrainait une catastrophe, la réintroduction de 1h30 en première et terminale, le problème ne va que s’accentuer, sans parler des difficultés techniques (les heures attribuées aux chefs d’ établissement pour réaliser les emplois du temps n’en tiennent pas compte).

De plus sous le quinquennat Macron près de 7500 postes ont été supprimés, ce qui crée encore plus d’inégalités en augmentant le nombre d’élèves par classe et le nombre de professeurs non remplacés, donc le nombre d’heures de cours non assurées, ce qui pénalise encore plus durement les enfants que les parents ne peuvent pas aider (en Corse, seule les absences de plus de 3 semaines sont remplacées, quand on trouve des candidats !)

Les salaires des enseignants français sont parmi les plus bas de l’Europe de l’Ouest. De plus ils ont perdus près de 20% de pouvoir d’achat en 20 ans. En 1980 un enseignant débutant gagnait 2,5 fois aujourd’hui c’est 1,1 malgré l’élévation du niveau des concours.

L’austérité touche tous les secteurs

Augmentation de la précarité : Profs contractuels, AED, AESH

Le projet de Macron

L’apprentissage dès la classe de 5ème, c’est-à-dire dès 12 ans !!!

Suppression des concours, donc recours accru à des personnels précaires et non formés.

Université payante, ce qui va encore accroître les inégalités.

Privatisation rampante du système éducatif, pour évoluer vers un système anglo-saxon, c’est à dire un enseignement privé et de qualité pour les plus riches et une école publique au rabais pour les plus défavorisés. Jules Ferry doit se retourner dans sa tombe.

S’opposer à Macron en votant pour un candidat de gauche n’est donc pas essentiel, mais indispensable pour l’avenir de nos enfants.

Catherine Laurenti est Conseillère principale d’éducation, à Propriano, candidate suppléante avec Dylan Champeau à l’élection législative dans la deuxième circonscription de la Corse du sud.

Print Friendly, PDF & Email
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Orienter un enfant de 12 ans est abherrant, chacun a droit à son enfance et doit avoir du temps pour mûrir un projet professionnel, une aide efficace pour ce choix peut être apportée par les enseignants mais à la condition que les effectifs des classes soient diminués. IL FAUT DONC DES POSTES.

” Construisez des écoles et vous fermerez des prisons” Victor Hugo