L’urgence d’une gauche de rupture en Corse. Par Francis Peretti

Ne revenons pas sur le résultat des territoriales de 2017 et sur le fait que depuis il n’y a  plus de représentants  de la gauche à la CDC. Toutes les élections qui ont suivi jusqu’à aujourd’hui ont montré son affaiblissement, ainsi que l’émiettement de toutes les organisations de gauche : Européennes, Territoriales, Municipales.

Lors des Européennes en 2019 (élections nationale), EELV obtient un très bon résultat 21,96%, le PCF 3,84%, la FI 3,16%, GS 1,40% , le FN 27%.

Le mouvement nationaliste ne participant pas à ces élections explique le bon résultat des verts… 

Pour les municipales en 2020, à Ajaccio le PCF obtient 5,96%,  Ajaccio Citoyen/FI 1,78%,  EELV/GS est en soutien de la liste nationaliste FEMU et le FN obtient 4,48%.

Sur Bastia le PCF, rejeté de la liste Zucarelli, est éliminé pour le 2ème tour.

Régionales de 2021, le PCF obtient 3,18%, EELV 3,75%, la FI, de Mélenchon, ne présente pas de liste. Le RN 4%.  

Les résultats de ces différentes  élections confirment bien l’affaiblissement  de la gauche. Les raisons sont multiples mais c’est de la responsabilité des dirigeants de ces organisations, qui avec leurs certitudes ne prennent pas en compte l‘attente des citoyens de gauche pour une alternative de rupture, démocratique.

Notre collectif INSEME A MANCA – ENSEMBLE ! a pourtant essayé de rassembler pour construire une force de transformation sociale, écologique, démocratique prenant en compte une démarche citoyenne, associative.

Pour les municipales d’Ajaccio, le PCF persuadé de sa force d’attraction a, comme d’habitude, privilégié ses accords avec le PS et le soutien du ministre  Cazeneuve, rejetant ainsi, encore une fois, nos propositions.

Lors des régionales de 2021 nous avons rencontré toutes les organisations de gauche et  nous nous sommes heurtés aux prétentions des uns et des autres. EELV fort de ses résultats aux Européennes pensait capitaliser et le PCF pensait avoir la force suffisante pour apparaître comme les sauveurs de la Gauche.

Les résultats, cités plus haut,  ont confirmé malheureusement nos analyses.

Arrive ainsi l’année 2022 avec la présidentielle et les législatives. Nous appelons au rassemblement de la gauche, en conformité avec nos analyses et la demande d’unité des citoyens pour présenter une alternative crédible capable d’ouvrir une perspective.  Comme chacun le sait, il n’en a rien été et les résultats l’ont bien montré.

Ne cherchons pas l’erreur et  apprécions que pour les législatives, contrairement à 2017, l’unité que nous souhaitions s’est réalisée au  plan national et que l’union populaire écologique et sociale est en passe de gagner le troisième tour des présidentielles pour combattre les politiques antisociales de Macron et les idées discriminatoires du RN.

En Corse, la gauche est absente des discussions sur les reformes institutionnelles, tout se passe entre le gouvernement  et la majorité nationaliste de la CDC. N’ayant pas d’élus l’accès aux médias est inexistant, sauf par de rares communiqués. Les questions sociales, la précarité, le droit au logement, le droit au travail, la santé, l’avenir pour les jeunes, tous ces choix de société ne sont visiblement pas une  priorité. Cela montre le besoin d’une gauche, forte, de rupture, pour défendre l’intérêt général, les communs.

Les événements, la violence suite à l’assassinat d’Yvan Colonna, des jeunes certainement inquiets également pour leur avenir, les discussions avec le gouvernement sur la réforme institutionnelle, la gauche a beaucoup de choses à dire, des propositions à faire, et elle doit se rassembler pour peser dans ces rencontres.

Pourquoi lunité qui s’est réalisée au plan national pour les législatives, ne serait pas possible en Corse?

En 2017, lors des élections territoriales, nous avions été précurseurs du rassemblement et on sait comment JL Mélenchon à l’époque l’avait condamné.

Notre mouvement, INSEME A MANCA – ENSEMBLE ! a, dès la fin du premier tour de la présidentielle, pris contact avec les organisations de la gauche de rupture, FI, PCF, pour proposer ce nécessaire rassemblement, montrer aux électeurs de gauche notre volonté de construire ensemble cette force de transformation sociale, écologique et démocratique en s’appuyant sur la demande citoyenne et associative.

Ensemble en se partageant et en se soutenant dans les quatre circonscriptions nous aurions pu peser et réaliser partout un score à deux chiffres. C’est exactement ce que nous avons proposé à la FI et au PC.

Nous avons donc rencontré à plusieurs reprises, ensemble ou séparément les responsables du PCF, de la FI, en précisant qu’au delà des législatives il fallait construire ce rassemblement pour peser sur les futures discussions régionales.

Nous avons donc proposé de présenter des candidats communs dans les 4 circonscriptions, 1 PCF, 1 FI, 1 INSEME A MANCA ! et pourquoi pas 1 représentant de la gauche écologique, chaque organisation soutenant les candidatures unitaires.

Nous n’avons pas réussi encore cette fois ci. Était-ce trop tôt en Corse ?

Notre mouvement en accord avec nos objectifs a donc décidé de ne présenter qu’un seul candidat, dans la deuxième circonscription pour montrer notre volonté d’unité en espérant qu’après ces élections le rassemblement se réalise, car il y a l’Urgence d’une gauche de rupture en Corse.

Francis Peretti                                                  Ajaccio, le 5 juin 2022.

Francis Peretti

Nous voilà donc au lendemain du premier tour des législatives, au plan national l’unité de la gauche est réussie et elle sera une forte opposition à la politique de Macron.

En Corse, comme nous l’avions prévu, la gauche montre sa faiblesse, divisée, et par conséquent dans l’incapacité de proposer une alternative crédible.

Notre mouvement local INSEME A MANCA-ENSEMBLE A GAUCHE, porté par la force de conviction de notre jeune candidat Dylan Champeau et de sa suppléante Catherine Laurenti, « AVANTI POPULU », sans aucun soutien des organisations nationales, fait jeu égal avec les autres forces de gauche et réalise près de 7,5 % sur la 2eme circonscription d’Ajaccio/ville  et n’ayant pas le soutien des maires dans le rural, 4,10% sur l’ensemble.

Ce résultat prévisible ne nous satisfait pas, surtout lorsque l’on voit la montée en puissance des forces réactionnaires et l’enracinement en Corse de l’extrême droite qui  s’appuie sur la désespérance d’une partie de la population.

Il nous montre le long chemin encore à parcourir pour la reconstruction, la refondation  d’une gauche de rupture, de transformation sociale, écologique, solidaire et démocratique.

Cela ne pourra se réaliser que par une démarche citoyenne, avec les électeurs de toutes les sensibilités de gauche en s’appuyant sur un mouvement unitaire national.

Nous appelons à la mise en place d’assemblées citoyennes pour réfléchir ensemble, et mener des actions pour combattre  les politiques antisociales et discriminatoires.

Il y a l’Urgence d’une gauche de rupture en Corse.

Print Friendly, PDF & Email
S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Merci pour ce texte clair et bien documenté; les chiffres sont très parlants; comme cela a été dit dans un texte précédent le manque d’union à gauche n’est pas une fatalité,donc, nous devons garder l’optimisme de Gramsci; cela est vital pour barrer la route à ceux qui osent parler de” grand remplacement” ds notre belle île dite si hospitalière, à ceux qui occultent le fait que la mer méditerranée est régulièrement endeuillée par le drame des réfugiés.Avanti !

Ce soir la gauche semble marquer à nouveau le pas 149 élus NUPES 21 divers gauche cela fait moins de 30% dans le pays. La gauche est bien à reconstruire á Refonder sur des bases claires.