On ne lâche rien

N’en déplaise à toute la macronie et à ses affidés, le mouvement social contre le pseudo projet de réforme du système de retraite – il faudrait plutôt parler de contre-réforme – n’est pas mort. Malgré les multiples tentatives des media aux ordres pour en minimiser et en discréditer son ampleur . La preuve du 29 janvier. Des centaines de milliers de personnes ont encore manifesté dans plus de 200 villes. Des grèves et des opérations coups de poing se sont multipliées dans un tas d’entreprises publiques et privées.Certes, on constate un certain essoufflement. Quoi de plus normal après 50 jours de grèves et de manifestations. Les salariés ne disposent pas de dizaines de milliards d’euros, comme un certain Bernard Arnaud, une des plus grandes fortunes mondiales.

Rassemblement devant le rectorat d’Ajaccio

Le mouvement social que nous connaissons aujourd’hui est exceptionnel et il a le soutien de la majorité des Français. Du jamais vu depuis des décennies. Le pouvoir macronien, avec à peine deux ans d’existence, subit de nouveau une rude épreuve, après le mouvement des gilets jaunes. Une performance tout à fait remarquable et inédite pourrait-on dire. Jamais un pouvoir politique n’a été autant contesté et malmené, en si peu de temps. Un jour où l’autre, quelle que soit l’issue du mouvement social actuel, il va le payer chèrement.

A Ajaccio, près de 500 manifestants ont répondu à l’appel des syndicats qui exigent le retrait de la contre-réforme. Et beaucoup l’ont dit haut et fort : “On ne lâchera pas”.

Un élément extrêmement fort émerge de toutes ces journées d’actions, de grèves et de manifestations qui touchent de nombreux secteurs d’activités du pays : électriciens, gaziers, éboueurs, marins, dockers, enseignants, pompiers, intermittents du spectacles, artistes, danseurs, avocats, cheminots, traminots et bien d’autres. Celui d’une grande détermination.

Désormais se pose le problème de savoir comment on va continuer la lutte. Il s’agira de trouver de nouvelles formes d’actions – on peut parler de guérilla – pour ne pas laisser de répit à un pouvoir qui n’a qu’une seule obsession : dépouiller encore plus les fauchés pour enrichir un peu plus les très riches.

Assez de mensonges, de manipulations, d’enfumage. La lutte continue. 

Print Friendly, PDF & Email
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments