PALESTINE : hontes et honneurs. Par Jean Alesandri

Jean Alesandri

Pendant que la COVID 19 continue de frapper les pays et leurs populations, des crimes sournois se poursuivent dans un assourdissant silence. C’est le cas en Palestine.

HONTE aux dirigeants israéliens

Avec la bénédiction de Trump, le lamentable président des Etats-Unis, la sinistre doublette de dirigeants israéliens  Netanyaou-Gandz met en œuvre son plan d’annexion de la Palestine.

Pas d’annonce officielle de cette mise en œuvre bien entendu, il vaut mieux avancer masqués, mais pire : des actes concrets quotidiens pour vider les zones à annexer de leurs habitants palestiniens.

L’Agence Media Palestine apporte chaque jour, témoignages et photographies à l’appui, les preuves des actes odieux commis sur commande par l’armée et la police israéliennes, tels expulsions et destructions de maisons.

C’est en particulier l’armée israélienne, armée « soi-disant la plus éthique du monde, en réalté un véritable ramassis d’assassins, qui est à la manœuvre.

Une armée qui pratique l’assassinat de civils. En moyenne, depuis 10 ans , quatre assassinats par mois, en ne comptant que ceux qui sont assumés et en excluant les « disparus » et les morts lors des « marches du retour » du vendredi.

Une armée qui pratique quotidiennement la torture, y compris sur des enfants.

Une armée qui achève les blessés désarmés à terre et qui exécute « discrètement » ses prisonniers, notamment en leur écrasant la tête avec de gros blocs de pierre.

Sûrs de leur impunité, dirigeants politiques  et généraux israéliens pratiquent ces crimes sans réserve aucune, d’autant que, disent-ils : « les Palestiniens, ça n’existe pas ». On a malheureusement  entendu cela bien des fois.

Et ce qui est particulièrement consternant dans cette affaire hélas, c’est que près de 90 % des électeurs israéliens soutiennent leurs dirigeants sans se poser la question du droit, de la morale et de l’éthique. HONTE à eux,  mais en revanche HONNEUR à ces citoyens israéliens, certes pas les plus nombreux, et ils n’en ont que plus de mérite, qui au quotidien, dans les pires difficultés, les intimidations, les menaces, les sanctions, s’élèvent contre ces pratiques et s’y opposent du mieux qu’ils peuvent.

HONTE également à Donald Trump

Le président américain, dirigeant du pays le plus riche et le plus puissant du monde, ce pays où la COVID 19 a fait le plus grand nombre de victimes, a donné son feu vert et encouragé le terrible projet d’annexion de la Palestine par Israël.

Formons le vœu que cet homme ne soit pas réélu aux prochaines élections présidentielles américaines. Mais rien ne dit que son concurrent ne poursuivra pas la politique actuelle américaine  en faveur d’Israël.

HONTE aussi à la « communauté internationale »

Cette « communauté » souhaite l’existence de deux états sur la base des résolutions de l’ONU de 1967. Mais elle pratique la politique de l’autruche et reste au simple niveau des souhaits et des vœux pieux. En effet, aucune sanction contre le gouvernement  d’Israël, aucune mise au banc des nations (qui soit bien entendu temporaire) de ce pays dit « démocratique » qui occupe militairement un autre pays contre sa volonté, uniquement par la force brutale et la repression terrible.

Une petite lueur d’espoir cependant, faible lueur vacillant au moindre souffle : la possible décision des trois juges internationaux de convoquer les dirigeants israéliens sur le banc des accusés du Trbunal Pénal International. Mais auront-ils la détermination et le courage d’aller jusqu’au bout ? L’honneur de la justice internationale est entre leurs mains. Puissent-ils prendre la bonne décision, que l’on pourrait qualifier alors d’historique. Et on pourrait écrire, a contrario de la « communauté internationale », HONNEUR aux trois juges de la Cour Pénale Internationale.

HONTE enfin à la France

La France, notre pays, qui vit naître la première « Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen », déclaration « aux peuples étrangers qui donnait le vertige ».

La France avait eu longtemps une politique positive de sagesse et d’équilibre au Proche-Orient. Depuis 2008, elle a abandonné cette politique au profit du soutien inconditionnel à Israël, tout en maintenant « officiellement »  son soi-disant soutien  à une solution de deux états. Mais dans les faits concrets, c’est tout le contraire. Aucune fermeté dans la condamnation des crimes, quelquefois même des justifications de ceux-ci ; tapis rouge et accueil chaleureux réservé à Netanyaou lorsqu’il se rend en France ; couleuvres avalées par nos institutions et nos représentants en Israël, certains députés français se voyant refuser l’entrée dans ce pays comme de vulgaires malfaiteurs. Sans oublier la lamentable résolution Maillard votée à l’Assemblée nationale.

La France, seul pays au monde avec Israël, à avoir criminalisé la politique de BDS, même si elle reçoit sur ce point camouflet sur camouflet de la part de la Commission Européenne des Droits de l’Homme.

La presse nous apprend que le Président de la République aurait  demandé par téléphone à Netanyaou de renoncer à son projet d’annexion.

Simple demande, apparemment sans être assortie de la moindre menace de sanctions. De sanctions véritables bien entendu, comme la France l’a fait pour d’autres pays.

En ces temps derniers de commémoration de l’appel du 18 juin 1940, nombre de personnalités se sont autoproclamées héritières de la pensée du Général de Gaulle. Notre Premier ministre lui-même     se qualifie de « Gaulliste social ».

Soyons clairs, jamais le Général de Gaulle, représentant la France, ne se serait laisser marcher sur les pieds par les dirigeants israéliens comme c’est souvent le cas de nos jours.

Mais si la France décidait dès maintenant de reconnaître la Palestine comme un états aux droits pleins et entiers et échangeait avec lui un ambassadeur, alors quel panache !  Et quel impact positif mondial  pour notre pays et pour la Palestine. Et les Israéliens ne seraient pas perdants.

 Alors dans ce cas,  HONNEUR à la France

D’autres pays, qui  attendent que l’exemple vienne de France, suivraient certainement. Un très grand Monsieur avait dit un jour : « I have a dream… »

Jean Alesandri

Print Friendly, PDF & Email
S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Il serait temps que les citoyens du monde comprennent que la justice est liée à la loi du plus fort, aux intérêts partisans.
il est important de dénoncer cette réalité.

Bona sera
Jean ton texte est très clair….je dénonce..tu dénonces…nous dénonçons….et le reste du monde est a genoux en train de braire comme des brebis……laissant le SILENCE faire son travail……pendant que des PEUPLES agonisent….et oui “i have a dream” mais s’est pour quand….!!!!????? la loi du plus fort est enracinée depuis trop longtemps s’est plus qu’une réaction qu’il faut s’est une INSURRECTION des consciences…….allez a BELLA CIAO jean-Yves