Réponse au communiqué du PCF. Par Thomas Santoni

Depuis le lancement de la campagne des élections législatives Inseme a Manca, organisation de gauche affiliée au Mouvement Ensemble ! au plan national et partie prenante de la NUPES, a évité toute polémique avec d’autres formations de gauche. Notre seule boussole a toujours été l’engagement contre les politiques de Macron, de la droite et des idées nauséabondes de l’extrême droite dont on a pu mesurer le danger en Corse lors de la dernière élection présidentielle. En ce qui nous concerne, nous nous en tiendrons à ces engagements et aux propositions que nous formulons pour ouvrir une perspective démocratique et progressiste avec demain, nous l’espérons, une nouvelle majorité populaire à l’Assemblée Nationale. Nous publions ci dessous une libre opinion de Thomas Santoni en réponse au communiqué publié par le PCF et reproduit sur facebook par un militant de cette organisation.

Thomas Santoni

Il y a plusieurs mois de cela, inseme a manca “la petite formation locale” comme cela est dit si gentiment dans votre communiqué a proposé aux formations locales de la gauche comme le PCF et la FI de se partager les quatre circonscriptions de corse, en ne demandant raisonnablement pour Inseme a Manca/Ensemble! que celle de la deuxième circonscription de Corse du Sud. L’idée était de faire une union et un soutient local entre les forces de gauche. Jacques Casamarta qui avait été candidat en 2017 et qui avait fait 6.87% des voix, soit plus de 2 fois le score du PCF (2.67% avec la même candidate qu’aujourd’hui) a même dit qu’il ne se présenterait pas pour laisser place à un candidat du PCF ou de la FI.


Dans ce qui a ressemblé à une dispute de cour d’école, la FI et le PCF n’ont pu se mettre d’accord détruisant donc tout espoir d’union. Le problème il est vrai venant au départ surtout de la FI, nous pensions que le PCF accepterait au moins la proposition d’union que nous lui faisions.
Qu’elle ne fût pas notre surprise de voir qu’en dépit de toute perspective d’union, le PCF présentait finalement des candidats partout y compris dans la seule circonscription où nous avions un candidat.
Il est assez ironique de voir les diviseurs se porter aujourd’hui en candidat du vote utile. »

Thomas Santoni

Print Friendly, PDF & Email
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires