Situation politique et municipales

Sans l’union de tous celles et ceux qui veulent un vrai changement, point de salut !

Les militants d’Inseme a manca se sont réunis mardi 23 septembre, à Ajaccio. Au menu de la discussion :

1. La situation politique et économique et ses conséquences en Corse.
2. La nécessité et l’urgence de sortir la gauche de sa fragmentation et de son isolement. la vraie gauche, pas celle qui s’est fourvoyée dans les marécages du néolibéralisme, dès 1983.

Donc, Macron poursuit allègrement, comme si de rien n’était, sa politique de régression sociale, avec morgue, suffisance et mépris. Pourtant la grogne monte dans tout le pays. Les luttes sociales se multiplient contre cette pseudo  « réforme » des retraites – on devrait plutôt parler de contre-réforme – contre le réchauffement climatique, pour le pouvoir d’achat et l’emploi. Les gilets jaunes reviennent sur le pavé. L’idée de la convergence des luttes fait son chemin.
Toutefois, malgré un climat social en effervescence, la gauche, fragmentée, s’enferme dans un superbe isolement. Chacun dans son coin. Avec ses certitudes et ses prétentions.
Il est grand temps de réagir, au risque de subir ce que nos cousins transalpins subissent, à savoir le syndrome italien, la disparition pure et simple d’une vraie gauche. Il est grand temps de faire une véritable autocritique pour connaître les raisons de ce recul et cet isolement.

La discussion a montré la nécessité de dépasser tous ces obstacles et de créer les conditions pour un large et puissant rassemblement de toutes les couches sociales victimes des différentes politiques menées depuis plusieurs décennies. En un mot faire de la politique autrement, regagner la confiance de millions de salariés, de retraités, de jeunes, de chômeurs, de petites gens qui se sont réfugiés dans l’abstention, voire pire, dans les bras d’un parti de la haine.

Pour ce qui concerne les prochaines élections municipales, la position dominante qui s’est dégagée au cours de la discussion, c’est de dire dès maintenant que plusieurs conditions doivent être retenues pour une liste de large union. Par exemple, il ne saurait être question de participer ou de cautionner une liste issue des pratiques du passé. Liste fourre tout avec des partenaires qui n’avaient rien de gauche, sinon l’étiquette et avec les conséquences négatives sur l’image même de la gauche. Si liste il y aurait, cela se ferait sur une base claire, rejetant toute compromission avec les clans et les partisans de l’idéologie capitaliste. La seule préoccupation, c’est l’intérêt de la majorité de la population des villes corses.

Un appel sera lancé prochainement en direction de toutes celles et de tous ceux qui veulent en finir le pouvoir actuel dont l’objectif exclusif est de satisfaire les intérêts des plus riches.

Print Friendly, PDF & Email
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments