Une liste pour défendre l’intérêt général humain

http://ekladata.com/PYpRqugEfbIaMxtRBoxUuhQRwi4@560x307.jpg

La liste l’Avenir, la Corse en commun a été présentée à la presse régionale, ce samedi 28 octobre 2017, place Abbatucci, à Ajaccio, en présence d’une  centaine de personnes. Jacques Casamarta, tête de liste et Michel Stefani ont pris la parole pour expliciter les raisons qui ont amené à constituer une telle liste et les perspectives qui peuvent s’ouvrir au sein de la nouvelle Assemblée territoriale. Il a été souligné que la liste l’Avvene, a Corsica in cumunu est la seule liste véritablement de gauche, en rupture avec le libéralisme, la politique d’austérité et de régression sociale du pouvoir macronien et avec toutes les pratiques liées aux clans et à la casta qui ont tant fait de mal à la Corse et aux Corses.

Cette liste est soutenue par la Corse insoumise, le Parti communiste, Manca alternativa et des militants associatifs, syndicaux et culturels.

Nous donnons ci-dessous la synthèse de la conférence de presse.

Trois  blocs politiques vont s’opposer à l’occasion de cette importante élection :

– le bloc libéral avec les représentants de la droite et des macronistes. 

– le bloc nationaliste qui peine à prendre position sur les questions sociales et dont l’abstention sur les ordonnances est le révélateur. Elle assume le pouvoir depuis deux ans, mais la question sociale est toujours à la remorque.

– le bloc fidèle aux valeurs d’une gauche sociale et écologique que nous voulons représenter avec la liste  L’avenir, une Corse en Commun/L’avvene a Corsica in cumunu. 

Tel est l’intitulé de la liste qui va rassembler la gauche des droits sociaux et humains aux élections territoriales des 3 et 10 décembre 2017. 

Une liste constituée de militants associatifs, syndicaux, culturels, écologistes, politiques… Une liste de rassemblement résolument ancrée dans une gauche sociale, humaniste, respectueuse des Droits Humains, une gauche pour la Paix, et les coopérations. Une liste pour défendre l’intérêt général humain.

Deux mots clés : avenir et commun.

– L’Avenir ne peut exister sans un constat lucide du présent. Or le présent macronien, c’est la démolition sociale : loi travail, APL, ISF, CSG, Sécurité Sociale… Quant au présent corse, c’est 20% de citoyens au-dessous de seuil de pauvreté et près de 23 000 chômeurs. Tous les clignotants sont au rouge…

Face à ce constat objectif, il est proposé une ligne politique claire et sans compromission. 

La liste, “l’avenir, la Corse en Commun” sera l’alternative à l’austérité et au libéralisme telle qu’elle avait déjà été pensée dans le programme du Conseil National de la Résistance et des conquêtes majeures de l’époque. (Sécurité Sociale, nationalisations…). Elle s’appuie sur le programme “l’Avenir en Commun” de la Corse insoumise et sur celui du Parti communiste ” A Corsica in cumunu” défendus lors des dernières élections présidentielle et législatives.

La Corse, au travers de cette élection, peut contribuer à mettre un coup d’arrêt au libéralisme effréné qui jette à la rue par le chômage, la vie chère,… de plus en plus de citoyens et citoyennes.  C’est une situation intolérable !

– Le Commun, c’est l’essence même du combat mené. L’ambition, c’est le partage, avec deux priorités :

1) L’urgence sociale et écologique: Il s’agit  de dynamiser les prérogatives sociales des anciens conseils départementaux. 

Les candidats présents sur la liste vont défendre la Corse et ses habitants, ceux des villes et des campagnes, parce qu’il faut une Corse solidaire, une Corse vivante, une Corse ouverte sur le monde et notamment sur son environnement méditerranéen. Une Corse qui valorise son patrimoine culturel et qui respecte son environnement. Mais ces candidats vont aussi agir, pour développer de nouvelles potentialités dans les filières du bois, de la pierre, du solaire, de la mer, et des nouvelles technologies. Les chantiers à ouvrir ne manquent pas.

2) Les services publics: alors que les services publics sont partout menacés (« c’est la concurrence libre et non faussée » selon l’Europe libérale), les préoccupations premières, outre le social – mais c’est lié – iront vers l’école, la culture, l’hôpital, le transport (quelle compagnie maritime publique ? Avec quelle continuité territoriale? 

Bien d’autres questions se posent bien sûr, car les enjeux de cette élection sont énormes. Alors, qu’on se le dise :

La Corse a été la première région de France libérée du fascisme et du nazisme en septembre 1943. Aujourd’hui dans un contexte politique différent, mais très dévastateur, elle peut être la première par cette élection à montrer la voie de l’émancipation et recréer l’espoir dans un avenir commun.

 

Print Friendly, PDF & Email
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments